Ninetec Power Blaster

Le Ninetec Powerblaster 2in1 dispose d’un Powerbank intégré. Gimmick ou utile ? Et de quoi ça a l’air ? C’est exactement ce que j’ai essayé dans un test.

Le Ninetec Powerblaster coûte 75,90 € dans notre sur Internet. Le Powerblaster est livré avec l’enceinte, un câble micro-USB et le câble jack 3,5 mm ainsi qu’un manuel en français. Si standard. Le boîtier est entièrement en plastique, mais il est pourvu d’une surface Softgrip sur toutes les surfaces. Cela rend l’enceinte maniable, mais aussi sensible aux empreintes digitales. Ceux qui pensent maintenant que l’enceinte est adaptée à une utilisation en extérieur seront malheureusement déçus. Il n’est même pas à l’épreuve des éclaboussures. L’extérieur robuste est trompeur, mais le poids ne correspond pas vraiment à l’allure non plus. Il est relativement léger, mais semble plus volumineux. A l’intérieur il y a deux haut-parleurs de 3W chacun.

L’avant et les côtés sont recouverts d’une grille bien ajustée. Derrière elle, il y a une très grosse, très lumineuse LED. Si vous avez l’enceinte dans votre lit, vous profiterez d’une chambre lumineuse la nuit, car il est clairement trop lumineux. En haut, il y a trois gros boutons. Les deux touches pour le titre sautent en avant et en arrière ou volume et silence, en plus de la touche lecture ou pause. Toutes les touches ont de bons points de pression. Le petit trou est le microphone du kit mains-libres, à l’arrière se trouvent l’interrupteur marche/arrêt un peu lent, une prise AUX-In, une prise Micro-USB pour la recharge et la prise USB pour la fonction Powerbank. Ici, vous pouvez connecter n’importe quel appareil avec un câble de charge USB et le charger avec la batterie 2800 mAh intégrée. Sur la face inférieure, deux coussinets en caoutchouc étroits et légèrement collants empêchent efficacement le glissement à des volumes élevés.

Ninetec Power Blaster, une enceinte qui fait aussi powerbank

Ninetec Power Blaster

La batterie, c’est-à-dire celle de la boîte elle-même, devrait durer de 7 à 10 heures, ce qui est bien sûr un laps de temps très large. Au volume normal, la batterie a duré au moins 10 heures. Pendant la charge, la batterie interne et le bloc d’alimentation sont toujours chargés ensemble, mais cela prend beaucoup de temps, car la consommation de courant maximale est de 550 mA. Le chargement de la Powerbank ne prend que 6 heures. Comme je n’ai pu trouver aucune information sur la taille de la batterie interne, je suis sûr que je peux prévoir encore 3 à 4 heures. Pendant le processus de charge, la musique peut être entendue plus loin.
Ce qui n’a malheureusement pas fonctionné du tout, c’est la Powerbank. Je voulais charger mon smartphone avec, mais rien. Il démarre brièvement, puis la LED rouge dans la boîte s’éteint et c’est tout. Essayé plusieurs fois et à chaque fois après quelques secondes, c’était du vinaigre. Le smartphone est peut-être trop gourmand, alors j’ai une petite boîte. Ici aussi, après quelques secondes de temps d’arrivée. J’ai essayé le jeu avec un tracker de fitness et une résistance de charge de 1A. Toujours aucun signe. L’Ergo a donc échoué tout au long de la ligne.

Dès que le boîtier est allumé, une voix féminine anglophone terrible retentit, annonçant à haute voix que le boîtier est prêt à être appairé. Qu’est-ce que c’est que ça ? Je sais que la boîte est prête. Je l’ai allumé moi-même il y a quelques secondes. La même voix horrible retentit dès que vous êtes connecté via Bluetooth ou si vous connectez un câble d’entrée de ligne. Cet anglais gonflé, tout seul, est juste embarrassant. Ces méga-annonces énervantes et surtout très bruyantes, même si la boîte est réglée tranquillement, mais aussi quelques sons stupides, sont absolument inutiles. Sur ce, la boîte a échoué, mais j’ai du mal à l’accepter. Les fabricants doivent prendre un exemple de la Soundbox DOSS. Avec lui, vous pouvez simplement souffler loin de ces annonces.

Une fois que vous vous êtes remis du premier choc, vous pouvez voir que la LED est allumée en permanence en bleu. Le produit est prêt pour la connexion. J’aurais oublié si je ne l’avais pas signalé à la voix. OK, donc le boîtier est connecté via Bluetooth et à nouveau cette voix d’horreur lorsque la connexion est établie. La LED clignote lentement en bleu. La même couleur rouge pour une connexion par câble AUX.

L’opération est très simple. Pour avancer ou reculer d’un titre, appuyez brièvement une fois sur la touche correspondante. Maintenez la touche enfoncée pour augmenter ou diminuer le volume. Le bouton du milieu est responsable de la lecture et de la pause. Si un appel arrive, on l’accepte avec une simple pression. Une double pression rejette l’appel.

La portée est bonne. Dans un appartement normal, cependant, la connexion se rompt dans la pièce voisine si vous avez du béton armé entre les deux. Mais en règle générale, cela devrait suffire.

“Des basses puissantes grâce à une technologie de basses brevetée” est écrit sur la page produit. Comme vous le savez, il y en a beaucoup et malheureusement la basse puissante de mon enceinte a été perdue. La basse sonne plutôt comme un plop creux, mais je ne l’appellerais pas basse. La fiche technique le montre déjà. Le Powerblaster démarre à 110 Hz. L’enceinte ne couvre même pas la plage inférieure à 100 Hz, que l’on appelle communément basse. Encore une fois, plus de marketing que de réalité. Mais c’est aussi comme ça que le reste sonne. Il fait de la musique, absolument, mais rien de plus. Le plaisir de jouer ou d’écouter peut ne pas se manifester. L’enceinte Bluetooth est juste en train de gribouiller. Je ne peux pas décrire le son autrement. Il ne faut pas non plus entendre très fort. Il se déforme déjà à des volumes légèrement plus élevés et s’aggrave avec l’augmentation du volume, de sorte que vous le rendez volontairement plus silencieux.

Ninetec Power Blaster
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *